Outils pour la transition numérique

Lors du troisième atelier en septembre 2019, 6 sujets ont été discutés et précisés. Sur la base des discussions qui ont eu lieu lors de l’atelier et avec le Comité de pilotage en novembre, les activités suivantes ont été définies.

Traitement des commandes dans le secteur de la construction dans un environnement numérique

Une carte (carte BIM) montrant les acteurs institutionnels avec leurs rôles et leurs liens sera disponible en téléchargement. La carte BIM fournit des informations sur les différents acteurs de l’environnement complexe et dynamique de la numérisation et peut indiquer des synergies possibles. En créant des liens vers les sites Web respectifs, il est facile de se tenir à jour. En outre, un contrôle simple de maturité en ligne sera préparé pour permettre aux participants une première évaluation de leur position sur la feuille de route de la numérisation. En quelques minutes, ils reçoivent les résultats sous forme graphique. Ils peuvent également se comparer aux résultats des autres participants. Actuellement, les entreprises de construction en bois sont particulièrement intéressées par l’évolution du BIM, mais d’autres branches de l’industrie du bois devront également s’en occuper. C’est pourquoi les applications BIM possibles dans les domaines de la menuiserie, de l’aménagement intérieur, de la construction de magasins et de cuisines seront examinées, en tenant compte des interfaces avec d’autres corps de métiers, ceci comme base pour l’élaboration de Use Cases spécifiques.

Échange de données

Le potentiel d’échange de données dans l’industrie du bois est loin d’être épuisé. L’objectif est d’identifier les points chauds des doubles saisies. Sur la base d’un modèle de données, il est déterminé dans diverses entreprises où les quantités de données sont enregistrées plusieurs fois et où l’échange de données peut/devrait avoir lieu. Des recommandations d’actions en seront déduites.

Évolution des besoins des clients due à la numérisation

Une boussole est développée sur le thème de « l’évolution des besoins des clients ». Celle-ci est basée sur les mégatendances sociales qui sont particulièrement pertinentes pour la branche. Elle présente également une approche contemporaine de la segmentation de la clientèle. En fonction de leur propre niveau de maturité numérique, les entreprises peuvent utiliser la boussole pour identifier les champs d’action et les approches possibles pour répondre aux besoins futurs des clients. Une première version statique sera développée avant la conférence finale de l’initiative et qui pourrait par la suite devenir un outil en ligne avec une fonction de benchmarking. Le concept sera adapté à l’instrument en ligne de vérification de la stratégie (voir rubrique “Modèles d’affaires futurs”), de sorte qu’une combinaison simple de ces deux outils soit possible dans le cadre d’un éventuel projet de suivi.

Modèles d'affaires futurs

Un instrument simple de vérification de la stratégie est à la disposition des entreprises sous la forme d’un outil en ligne. Cet instrument incite à réfléchir à la stratégie entrepreneuriale dans le contexte de la transformation numérique. Il permet une évaluation complète de la situation de l’entreprise et aide à identifier les opportunités et les risques pertinents. Tout en conservant l’anonymat, l’entreprise a la possibilité de se comparer à la moyenne d’entreprises comparables de la branche et d’en déduire ainsi le besoin stratégique d’action. Dans une étape ultérieure, outre l’application en ligne de l’outil, des utilisations dans le cadre de workshops d’entrepreneurs ou de séminaires sont également prévus, ainsi qu’un lien avec l’outil concernant «l’évolution des besoins des clients».

Connexion numérique forêt et première transformation

Une étude de faisabilité sur la mise en oeuvre de l’industrie 4.0 (digital twin) dans la forêt (production biologique + technique), incluant l’interface avec la première étape de transformation, est envisagée. Les possibilités, la valeur ajoutée, les conditions préalables et les limites seront démontrées par une étude de cas concret. Cela devrait déboucher sur un premier projet phare qui pourrait mener sur une percée dans la mise en réseau numérique de la production biologique et technique. En outre, une autre étude de faisabilité sur la mise en oeuvre de la norme de données ELDATsmart (ELektronischer DATenstandard für Holzdaten) en Suisse sera envisagée sur l’exemple d’un réseau régional à valeur ajoutée du bois. La valeur ajoutée mais aussi les conditions préalables à l’utilisation d’ELDATsmart seront démontrées par une étude de cas concret. Cela devrait susciter l’intérêt des parties prenantes. En préparation, une enquête sera menée sur la situation actuelle, l’état des connaissances, les problèmes et les attentes des acteurs (services forestiers, entreprises forestières, recherche, formation).

Compétences pour l'avenir

Le développement des compétences des employés actuels et futurs de l’économie du bois est un facteur clé de succès. Le profil des employés, qui se caractérise par la formation et le perfectionnement, mais aussi l’attrait de la branche pour les jeunes talentueux, jouent un rôle important. L’objectif est de soutenir le développement de la culture d’entreprise et de la formation en vue de la transformation numérique et de l’évolution des besoins de tous les acteurs concernés. De nombreux acteurs sont actifs dans cet environnement. Il serait intéressant de mettre en oeuvre des scénarios intersectoriels et une feuille de route en tant que projet pilote, éventuellement un projet «L’artisan du futur», au niveau de la Suisse entière. Des réflexions sur une éventuelle mise en oeuvre sont en cours.