Newsletter

Là où le bât blesse

Les filières du bois ont fait leur choix et ont mis le doigt sur les thèmes les plus concernés. Des outils d’application concrets et des documents de référence en lien avec les thèmes suivants sont en cours d’élaboration.

«Déroulement des commandes dans le secteur de la construction»

L’objectif du thème «Déroulement des commandes dans le secteur de la construction» est de traiter la planification, la construction et la gestion des bâtiments par le biais d’un modèle d’information central, le Building Information Modeling (BIM). Des entreprises diverses issues de corps de métiers différents peuvent ainsi s’unir dans des circonstances variées pour élaborer ensemble des bâtiments individuels et d’autres constructions. L’initiative prévoit de développer une boussole BIM qui fournira des informations sur les définitions, les sources, les outils, les méthodes, les instruments ou plateformes et les organisations BIM.

«Échange de données dans le réseau de production»

«Échange de données dans le réseau de production» signifie mise en réseau des données au-delà des frontières de l’entreprise. L’efficacité et la qualité peuvent être accrues par une mise en réseau verticale avec les client-e-s et les fournisseurs. De son côté, la mise en réseau horizontale avec les partenaires simplifie et favorise la coopération. En s’associant, les petites et moyennes entreprises pourraient concurrencer les grands distributeurs du réseau. C’est ici que les flux de données doivent être analysés et les modèles développés. Des solutions doivent être développées pour les points d’accès aux données. On pourrait par exemple envisager une solution cloud.

«Évolution des besoins des clients grâce à la numérisation»

Diverses études sur l’évolution des besoins des clients sont disponibles, mais seules quelques-unes ont un lien direct avec les secteurs de la forêt et du bois. L’accent est mis sur le transfert compact des connaissances et l’échange d’expériences. Un guide numérique des besoins des client-e-s pourrait permettre de mieux comprendre l’évolution desdits besoins et des exigences.

Un contrôle stratégique est élaboré à partir de scénarios dédiés au thème «Futurs modèles d’affaires». Les entreprises des secteurs de la forêt et du bois suisses sont ainsi en mesure d’adopter une position durable et de concevoir des modèles d’affaires d’avenir. Elles peuvent ensuite utiliser cette position de force pour réagir rapidement aux évolutions de leurs segments de clientèle et de leur environnement économique.

«Connexion numérique entre la forêt et la première étape de la transformation»

Se pose ici la question de savoir quels sont les gains en matière d’efficacité et quelle valeur ajoutée la saisie numérique de la demande et de la disponibilité du bois suisse peut engendrer. Pour répondre à cette interrogation, il s’agit de déterminer concrètement à quoi pourrait ressembler un processus modèle numérisé et quelle valeur ajoutée il apporterait.

«Compétences pour l’avenir»

La numérisation et l’automatisation vont changer les profils professionnels. Lorsque les tâches de routine seront remplacées par l’automatisation, la communication, la compétence sociale et la capacité à résoudre les problèmes seront d’autant plus cruciales. À l’avenir, les connaissances dans les technologies de l’information et de la communication seront indispensables à tous les niveaux de formation. Grâce aux concepts influençant positivement l’acquisition et la formation initiale et continue des futurs collaborateurs et collaboratrices, l’économie du bois se trouvera renforcée pour relever les défis de la numérisation.

Autres thèmes

Les autres thèmes – notamment les thèmes actuels de la transition numérique – seront abordés à la Haute école spécialisée bernoise, mais dans un cadre différent. Ce sera le cas de l’«intelligence artificielle (IA)», une technologie de base pour l’analyse de grands ensembles de données complexes et hétérogènes qui joue de plus un rôle extrêmement important en tant qu’outil de numérisation. Ses domaines d’application vont de l’extraction efficace d’informations du big data à la commande autonome de véhicules et de machines en passant par la reconnaissance d’images. Plusieurs rapports de tendances partent du principe que l’IA est de plus en plus répandue dans les halles de production.

À titre d’exemple, citons la «Smart Factory» – la vision d’un environnement de production au sein duquel les installations de production et les systèmes logistiques s’organisent dans une large mesure sans intervention humaine – et les «Smart Products» – les produits capables de «réfléchir», comme la machine à laver qui n’accomplit sa tâche que lorsque l’électricité coute le moins cher.

L’«acquisition en ligne» et le «certificat d’origine» – soit le transfert de données relatives aux produits dans le cadre d’un processus de production et de l’intégralité de la chaine de création de valeur visant à accroitre l’efficacité, réduire les couts et garantir la qualité – feront également partie des projets complémentaires de la Haute école spécialisée bernoise.

 

Si l’un de ces thèmes vous intéresse, nous répondons volontiers à vos questions. Prenez contact avec nous:
Institut de l’économie numérique de la construction et du bois IdBH
idbh@bfh.ch